Richesses minières et peuplement : Lorraine, Sarre et Ruhr

par Albert Michot  Du même auteur

Résumé

Les richesses énergétiques mondiales, et plus spécialement le charbon, dont l’utilisation représente encore 57 % de l’énergie dépensée, sont réparties inégalement dans le monde, comme le sont d’ailleurs les ressources en minerai de fer, les premières étant trop souvent fort éloignées des secondes. Le contact entre le charbon et le minerai s’est établi en des lieux dont le choix s’est plié aux exigences d’un ensemble de préoccupations qu’il serait intéressant d’analyser. Par ailleurs, autour des puits de mines, auprès des centres d’extraction minérale, au voisinage des grandes entreprises industrielles, se sont développées des plages de peuplement à forte densité. Existe-t-il des relations de causalité entre ces phénomènes d’ordre apparemment différent ? Les situations de fait que nous constatons se seraient-elles établies de la même façon si des raisons, notamment d’ordre politique, historique, financier, n’étaient pas venues influencer les phénomènes purement économiques et démographiques, dont on établit difficilement la ligne de séparation ? Nous plaçant dans le cadre plus restreint du complexe industriel de l’Europe occidentale, nous allons essayer d’analyser le développement de la sidérurgie française et de voir quelle est la part prise par les phénomènes démographiques dans l’écart s’établissant entre la situation actuelle de cette sidérurgie et celle qui serait économiquement souhaitable si d’autres phénomènes n’étaient pas intervenus. Peut-être de cette analyse pourrons-nous conclure à des possibilités d’évolution de la situation actuelle.