Rythme maximum d’accroissement d’une population stable

par Paul Vincent  Du même auteur

      Louis Henry  Du même auteur

Résumé

II est certaines contrées du monde où la procréation n’est pratiquement soumise à aucune restriction, mais où l’accroissement de la population se trouve freiné par une mortalité élevée. Si l’on parvenait à y abaisser la mortalité au niveau le plus faible enregistré jusqu’à ce jour, et ceci de façon suffisamment rapide pour que la fécondité n’ait pas le temps d’en être altérée, quel pourrait être le rythme d’accroissement de leur population? Les auteurs pensent pouvoir répondre que le nombre des habitants doublerait alors tous les 16 ou 17 ans, de sorte qu’il risquerait de se trouver multiplié par 64 en un siècle, si la fécondité tardait à décroître.