La mortalité infantile dans les familles nombreuses

par Louis Henry  Du même auteur

Résumé

Les chances de survie d’un nouveau-né varient nettement avec son rang de naissance. Si l’on ne considère que la mortalité infantile au sens habituel du mot, c’est le rang a qui est le plus favorisé; mais, si l’on élimine la mortalité des premiers jours de la vie qui, d’origine congénitale ou traumatique, frappe particulièrement les premiers-nés, on constate que la mortalité infantile restante, d’origine infectieuse ou alimentaire, augmente régulièrement avec le rang de naissance. Quelle est la cause de cette surmortalité des rangs élevést Est-elle due à l’augmentation des risques de contagion, à l’aggravation des charges t Provient-elle au contraire d’une certaine imprévoyance ou négligence propre aux parents de nombreux enfants ? L’auteur pense que de nombreuses études sont encore nécessaires pour répondre à ces questions.