Attitudes devant la vie et devant la mort du 17e au 19e siècle

par Philippe Ariès  Du même auteur

Résumé

Dès l’Ancien Régime, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, si l’idée n’existe pas cncoie de soumettre la vie sexuelle à des techniques restrictives, on constate cependant, au moins dans le peuple, le souci de ne pas dépasser un nombre approximatif de 10 à 12 grossesses, en abrégeant la durée des rapports conjugaux, en particulier par le recul et l’âge du mariage. La conclusion malthusienne se fera en deux étapes : d’abord, un allongement de la vie conjugale qui conserve la structure de la famille nombreuse ancienne, ensuite le souci désormais primordial dt réduire le nombre des enfants.