Essai sur la mortalité « biologique » de l’homme

par Jean Bourgeois-Pichat  Du même auteur

Résumé

Les recherches de l’LN.E.D. se poursuivent sur la baisse de la mortalité et sa continuation possible. Dans le numéro de janvier-mars 1952, le Dr Sutter et M. Léon Tabah avaient traité de la mortalité, phénomène biométrique », et rappelé les efforts antérieurs pour déterminer une fonction qui la représente à tous les âges. M. J. Bourgeois-Pichat apporte ici de nouveaux éléments : l’extrapolation des tendances constatées en divers pays permet de mesurer la mortalité de caractère biologique, jusqu’ici rebelle aux efforts de la science et contre laquelle les recherches s’orientent de plus en plus. Une fois de plus, le rapprochement de méthodes et de sciences, étudiées le plus souvent distinctement, s’avère particulièrement fructueux. Les résultats de M. Bourgeois- Pichat nous donnent un tracé net de données jusqu’ici assez confuses et nous font entrevoir des horizons nouveaux.