La mortalité infantile à Amsterdam selon les groupes sociaux

par J. Meerdink  Du même auteur

      P. De Wolff  Du même auteur

Résumé

MM. P. de Wolff et J. Mef.rdink avaient déjà attiré l’attention sur eux par une remarquable étude sur la mortalité à Amsterdam (Population, octobre-décembre 1952). Ils montrèrent comment la notion même de mortalité sociale évoluait avec le progrès social lui-même. Cette fois, les deux savants hollandais se sont attachés spécialement à la mortalité infantile. C’est la première fois qu’une étude a été aussi poussée dans cette voie. De ces recherches originales, faites dans une ville à l’avant-garde du progrès social, découlent des enseignements qui doivent se traduire en d’autres villes et d’autres pays par un nouveau recul de la mortalité, mieux dépistée.