Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III, d’après l’enquête de Louis Maggiolo (1877-1879)

par Pierre Valmary  Du même auteur

      Michel Fleury  Du même auteur

Résumé

Le seul moyen d’évaluer statistiquement la répartition et le niveau de l’instruction élémentaire pour les périodes anciennes est de déterminer la proportion des individus qui savent écrire au moins leur signature. Cette méthode a été appliquée, au début de la IIIe République, par un universitaire, Louis Maggiolo, qui a fait relever, par département, les signatures des époux dans les actes de mariage, à différentes époques, depuis la fin du XVIIe siècle. Nous avons pensé que l’enquête de Maggiolo méritait d’être remise en lumière, en dépit de quelques imperfections de détail. M. Fleury, conservateur aux archives du département de la Seine et de la ville de Paris, et M. Valmary, chargé de recherches à /’I.N.E.D., ont replacé le travail de Maggiolo dans un ensemble d’enquêtes effectuées, au siècle dernier, sur l’instruction primaire, et se sont attachés à dégager les grands traits d’une longue évolution.