Bilan de la politique néo-malthusienne en Suède (1939-1957)

par Jean Sutter  Du même auteur

Résumé

La Suède dispose d’une législation néo-malthusienne dont l’application est vieille maintenant de vingt ans. Il faut donner ici au néo-malthusianisme à la fois son sens initial et celui qu’il a acquis au cours de son évolution historique. Longtemps confondu avec la recherche systématique et la diffusion publique de tous les moyens propres à éviter la grossesse, le néo-malthusianisme revendique maintenant la paternité des mesures sociales suivantes : établissement d’une éducation sexuelle dans les écoles; diffusion de tous les moyens capables de favoriser la parenté planifiée; création de cliniques spécialisées à cet effet; création de dispensaires d’orientation matrimoniale, pour lutter contre le divorce et la mésentente conjugale; avortements légaux pour cause eugénique ou sociale; stérilisations eugéniques ou pour causes sociales visant à faire disparaître les souches tarées; castrations visant surtout la prévention criminelle. Certaines de ces mesures peuvent être acceptées par des personnes ou des groupes, à l’exclusion des autres. C’est l’ensemble qui constitue le programme du « néo-malthusianisme ». Le docteur Sutter présente ici les principes généraux de la politique suédoise et ses principaux résultats.