Fécondité et famille. Modèles mathématiques (II)

par Louis Henry  Du même auteur

Résumé

Depuis plusieurs années, l’Institut national d’études démographiques a entrepris des recherches sur la fécondité physiologique, tant par voie expérimentale que par présentation du mécanisme, sous forme de modèles. Les recherches proprement biologiques ne peuvent pas parvenir à des résultats dans ce domaine, sans le concours de l’analyse statistique. C’est pourquoi les travaux de MM. Paul Vincent, Louis Henry et Jacques Henripin apportent une contribution très importante, susceptible d’être utilisée non seulement par les démographes, mais par les biologistes. Dans un premier article, M. Louis Henry a étudié les relations qui existent, en l’absence de limitation des naissances, entre le taux de fécondité légitime et les fonctions fondamentales introduites dans les modèles. A ces fonctions fondamentales sont également liés d’autres aspects, plus concrets, de la fécondité : nombre d’enfants, durée de mariage à la naissance des enfants de chaque rang, intervalles entre naissances. Ce sont ces relations que M. Louis Henry étudie dans cet article.