La population de la Tunisie. Situation actuelle et évolution probable jusqu’en 1986

par Mahmoud Seklani  Du même auteur

Résumé

Depuis la guerre, avec le développement de la mécanographie, l’affranchissement politique de nombreux pays et le besoin croissant de connaissances des populations, des recensements ont été faits dans tous les pays, souvent pour la première fois. Mais ces rencensements, pratiqués sur des populations peu évoluées et en partie illettrées, sont, le plus souvent, entachés d’erreurs qui en rendent l’interprétation souvent d’autant plus délicate que le sens de ces erreurs n’est pas toujours connu, comme il l’est pour les relevés d’état civil. Ces défauts ont été la cause de la naissance d’une véritable technique, comportant une sorte de reconstitution de l’évolution démographique d’un pays, au moyen de données imparfaites. Nombreux ont été les travaux dans ce sens, parmi lesquels nous pouvons citer ceux de G. Mortara pour le Brésil, P. Vincent et J. Bourgeois-Pichat pour la Thaïlande ainsi qu’une étude démographique publiée par les Nations Unies sur les Philippines, d’après les travaux de Frédéric Tabah et Miss Edith Adams. M. Mahmoud Seklani, jeune démographe tunisien, avait déjà attiré l’attention par ses travaux sur la démographie des pays arabes en général, et plus particulièrement, de la Tunisie. Procédant cette fois à une critique systématique des données des recensements de la Tunisie, il a reconstitué des compositions par âge proches de la réalité et les a utilisées à un calcul de projection jusqu’en 1986. Travail important qui, sur le plan de la connaissance démographique, place la Tunisie en tête de tous les états musulmans et facilitera l’élaboration des plans économiques dans ce pays.