Mortalité intra-utérine et fécondabilité

par Louis Henry  Du même auteur

Résumé

Les recherches sur la fécondité naturelle ou fertilité sont récentes ainsi que le concept de fécondabilité. Diverses études ont paru dans Population sur ce sujet qui ouvre à la démographie et à la biologie de nouveaux horizons. Les recherches se sont portées plus tard encore vers la mortalité intra-utérine, sujet peu connu des démographes il y a seulement quelques années. Seuls étaient cités, sans mesure sérieuse d’ailleurs, des chiffres d’avortements provoqués ou de fausses couches observées. Or, parmi ce qu’on peut appeler les décès intra-utérins, certains échappent non seulement à la mesure, mais à l’observation même de l’intéressée, voire de son médecin. Sans intervenir dans la vie sociale, ces décès présentent un grand intérêt, ne serait-ce que pour la science biologique ou médicale; ils modifient la fécondité, en particulier au début du mariage, mais ces modifications n’avaient pas été étudiées; or, certaines peuvent renseigner sur certains aspects de la mortalité intra- utérine. Nous touchons là à un intéressant exemple, peu fréquent en démographie, d’étude en partie indirecte d’un phénomène. L’article de M. Louis Henry présente donc un intérêt particulier tant sur le plan des méthodes que sur celui des connaissances.