Une enquête sur les jeunes débiles mentaux dans le département du Rhône

par Claude Lévy  Du même auteur

      Claude Vimont  Du même auteur

Résumé

Les jeunes débiles mentaux posent un problème déplus en plus difficile : Jusqu’à une période récente, le plus grand nombre d’entre eux, souvent mal conformés, mouraient dès la naissance ou en bas âge. Les thérapeutiques nouvelles qui ont permis d’abaisser la mortalité infantile, en diminuant les affections pulmonaires et cardiaques, et de guérir les maladies autrefois incurables, ont profité aux arriérés mentaux, d’autant plus qu’ils présentent souvent de graves déficiences dans ces domaines. Il en résulte un accroissement de leur durée de vie. D’autre part, les difficultés de logement, le travail de la mère, le manque d’aide ne sont guère compatibles avec la présence, au sein de la famille, d’un enfant psychiquement malade, ce qui rend très souvent indispensable son placement. Les informations statistiques sur la débilité mentale sont peu nombreuses en France. Les débiles, même les plus profonds, n’ont fait l’objet d’aucun dénombrement et leurs principales caractéristiques démographiques, sociales, médicales sont peu connues. Pour ces raisons, l’I.N.E.D. a entrepris une enquête, dont le but est de définir les principales caractéristiques des débiles {origine sociale, niveau mental, possibilité d’amélioration de leur état, forme d’éducation reçue, etc.) et de déterminer les besoins d’équipements appropriés. Avant de travailler sur l’ensemble de la France, il a paru nécessaire de procéder à une enquête pilote. Celle-ci a porté sur le département du Rhône et a pu être réalisée grâce au concours de M. Arnion, inspecteur divisionnaire de la Population, du Dr. Kohler, de M. Beylis, inspecteur de la Population et du Dr. Brun. M. Claude Vimont et Melle Claude Lévy présentent ici les résultats et les commentent.