Les diverses classes sociales devant l’enseignement. Mise au point générale des résultats

par Alain Girard  Du même auteur

      Alfred Sauvy  Du même auteur

Résumé

Assurer l’instruction à l’ensemble des enfants, quelles que soient leurs origines familiales et sociales, répond à la fois au souci de justice sociale et à celui d’utiliser toutes les ressources intellectuelles de la nation. Malgré l’importance des progrès accomplis, l’égalité est encore loin d’être assurée. Pour pousser le plus vite possible les progrès, il est nécessaire de multiplier et de préciser les connaissances sur cette question où le préjugé est si fréquent. Dès sa création, l’I.N.E.D. a entrepris des recherches dans ce domaine, en dépouillant l’enquête nationale de 1944 sur le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire et en publiant les résultats, notamment sur le quotient intellectuel des enfants selon leur origine sociale. En 1953, a été conduite une première enquête sur l’orientation et la sélection des enfants d’âge scolaire. Pour la première fois, le mécanisme de la sélection et de l’orientation a été démonté. Trois articles publiés alors à ce sujet ont montré le phénomène sous un jour bien différent de celui qui prévalait jusqu’alors. La réforme de l’enseignement de 1959 et le temps écoulé ont rendu nécessaire une nouvelle enquête. Basée sur un échantillon de plus de 20.000 élèves, menée en juin et septembre 1962, elle a porté sur les conditions de l’entrée en classe de sixième. L’exposé des méthodes et les résultats détaillés ont fait l’objet de quatre articles. L’échantillon d’élèves observés en 1962 est suivi régulièrement depuis, ce qui permettra à l’I.N.E.D. d’analyser la manière dont s’effectue, pour ces élèves, l’orientation ultérieure. Pour l’accès à la classe de 4e, à la rentrée de 1964, l’exploitation est en cours. Cette étude reçoit l’appui de la Délégation générale à la Recherche scientifique et technique. Une nouvelle grande enquête, comparable à celle de 1944, sur 100.000 enfants d’âge scolaire est en cours en liaison avec l’Institut national d’étude du travail et d’orientation professionnelle. Il a paru utile de rassembler en un document unique, sous une forme aussi claire que possible les principaux enseignements qui se dégagent de l’enquête de 1962 et de faire le point de la situation actuelle, au moyen de quelques autres données. Le lecteur qui voudra se documenter de façon plus détaillée sera renvoyé aux quatre articles de 1963 et 1964, le chiffre romain désignant le numéro inscrit en note et les chiffres arabes aux pages.