Les équivalents létaux et la mesure démographique de la mortalité

Résumé

De plus en plus, les généticiens de population s’intéressent à la démographie. De leur côté les démographes suivent attentivement les progrès de la génétique, ce qui crée un puissant mouvement d’osmose entre les deux disciplines. Cependant il demeure un certain degré de méconnaissance des problèmes quand il s’agit d’évaluer dans la pratique l’ampleur des phénomènes à l’échelle démographique. L’exemple donné ici est celui du concept des équivalents létaux qui retentit sur l’interprétation de la mortalité infantile endogène. Le Docteur Jean Sutter et Jean-Michel Goux mettent au point la question, en montrant que les données de la génétique ne peuvent être valables que dans les limites démographiques qu’ils précisent.