Organigrammes pour l’étude mécanographique de la parenté et de la fécondité dans une population

par Jean Sutter  Du même auteur

      Muguette Mugnier  Du même auteur

      Jean-Michel Goux  Du même auteur

Résumé

Ces dernières années, la génétique de population et la démographie ont pris un développement tel, à la fois par la fréquence de leurs études et l’ampleur des sujets envisagés, qu’il est devenu impossible de réaliser à la main un grand nombre des opérations. Dès 1956, J. Sutter et L. Tabah ont mis au point une méthode mécanographique pour établir la généalogie d’une population. J. Sutter (1959) en a par la suite précisé les principes. Depuis, le besoin de cette méthode s’est amplifié à mesure que se développaient, dans une optique multidisciplinaire, les études de villages ou de communautés, aussi bien en Europe qu’en Afrique, en Amérique ou en Asie. On peut rappeler en particulier, la reconstitution de familles, par dépouillement des registres paroissiaux, selon la méthode de M. L. Henry. Dans l’article suivant, le Dr Sutter, M. J.-M. Goux et Mme M. Mugnier décrivent les organigrammes propres à faciliter les études mécanographiques de parenté et de fécondité.