Une initiative du Conseil de l’Europe : La conférence démographique européenne (30 août-6 septembre 1966)

par Elisabeth Garlot  Du même auteur

Résumé

Les efforts tendant à l’union européenne, la facilité des communications et les progrès de la science démographique auraient dû, semble-t-il, favoriser les contacts entre démographes européens. On constate, au contraire, depuis la guerre, un certain recul, un certain éloignement. Le Marché commun, qui aurait pu, par exemple, étudier les problèmes de population posés par l’union des six pays, éprouve les plus grandes difficultés à s’extraire même en partie, des problèmes à très court terme. D’autre part, l’effort tenté en 1953 par l’I.N.E.D., sous le double plan des études et de la réunion, n’a pas eu de suite. Sans doute l’attention, dans le domaine social, se porte- t-elle naturellement surtout sur les malfaçons et les soucis. La reprise de la natalité en Europe occidentale après la guerre, le ralentissement du vieillissement qui en résulte, ont réduit le principal sujet de préoccupation. Cette désaffection est une erreur sérieuse, puisque les phénomènes démographiques doivent être prévus aussi longtemps que possible à l’avance. Devant le danger de cette situation, le Conseil de l’Europe a pris l’initiative de réunir en août-septembre 1966 à Strasbourg, une conférence européenne où seront débattus les principaux problèmes. Mlle Elisabeth Garlot, chargée de mission à l’I.N.E.D., qui participe à l’organisation de ce congrès, en décrit ici les motifs, la préparation et les objectifs.