La fécondité au Canada selon la religion, l’origine ethnique et l’état matrimonial

par Évelyne Lapierre  Du même auteur

      Karol Krotki  Du même auteur

Résumé

Le caractère pluri-ethnique et pluri-religieux du Canada donne depuis longtemps à ce pays une physionomie démographique particulière. Jusqu’à une date récente, la fécondité des Canadiens français était largement supérieure à celle des Canadiens non français. Depuis la baisse rapide survenue dans le Québec, la situation apparaît beaucoup plus complexe. Les trois facteurs religion, origine ethnique et état matrimonial agissent en croisant leurs influences. Le démographe Thomas K. Burch avait, en 1966, comparé la fécondité des catholiques aux États-Unis et au Canada. Mais faute de certaines données, il n avait pu fournir que des conclusions provisoires. Disposant de résultats inédits du recensement du Canada en 1961, M. Karol Krotki du bureau fédéral de la statistique à Ottawa et Mme Evelyne Lapierre de l’Université de Montréal ont pu pousser l’analyse plus loin, confirmant, pour une large part, les conclusions de Burch, et les complétant utilement. Les résultats du prochain recensement montreront sans doute de nouveaux changements.