Activité féminine et fécondité. Une enquête au Québec (1971)

par Evelyne Lapierre-Adamcyk  Du même auteur

Résumé

Lapierre-Adamcyk Evelyne. Activité féminine et fécondité. Une enquête au Québec 1971. L’exploitation de l’enquête fécondité du Québec (1971) a permis de rapprocher certaines étapes de constitution de la famille (cinq premières années du mariage, venue du premier enfant) du déroulement de la vie professionnelle des femmes mariées. Parmi les femmes de moins de 35 ans, 85 % ont eu un emploi avant de se marier mais moins de 50 % au cours des cinq premières années du mariage, dont 10 % seulement de façon continue. Faibles dans les projets initiaux de fécondité, les différences entre femmes actives et inactives se creusent légèrement par la suite, tout en restant indépendantes du degré d’activité (femmes continuellement actives ou non). Mais les femmes les plus actives ont un retard important sur les autres dans la formation de leur descendance et ne le rattrapent que lentement. La sous-fertilité de ces femmes joue un rôle mineur dans leur moindre fécondité : celle-ci est essentiellement volontaire.