Comment mesurer la fécondité des couples mobiles ?

par Louis Henry  Du même auteur

Résumé

Henry Louis. — Comment mesurer la fécondité des couples mobiles? On peut espérer compléter les fiches de famille d’un village en dépouillant les actes des villages contigus. L’expérience conduite sur trois petits villages contigus des Ardennes françaises, Blagny, Sailly et Villy se révèle assez décevante. Poui W> mariages couvrant la période 1740-1789, 136 concernent un mari habilant la commune de son mariage, et seulement 21 l’une des deux autres communes. Les 21 fiches ainsi introduites n’apportent en outre guère d’informations supplémentaires. Pour évaluer plus généralement le gain qu’il faut espérer d’une exploitation de plusieurs villages, on construit alors un modèle simple où chaque village est une case d’un treillis hexagonal et où les migrations se déroulent selon un modèle gravitaire. Dans ces conditions, il semble qu’une grappe de 20 villages suffise pour permettre la comparaison entre les couples mobiles et les couples sédentaires, 20 villages, c’est-à-dire un village central, ceux qui l’entourent et ceux qui entourent ses premiers voisins. Prendre une couronne supplémentaire de villages n’apporte pas un supplément de précision comparable au doublement de la collecte qui en résulte. On envisage enfin un certain nombre de mesures pratiques pour le classement et l’appariement des fiches appartenant à ces villages en grappe.