L’évolution de la fécondité dans les pays industrialisés depuis 1971

par Francisco Muñoz-Pérez  Du même auteur

Résumé

Muňoz-Perez Francisco. — L’évolution de la fécondité dans les pays industrialisés depuis 1971. Au cours de la période 1971-1981, l’indicateur conjoncturel a atteint dans les pays occidentaux des valeurs très basses, variant de 1,4 à 1,8 enfant par femme. Récemment, la baisse s’est interrompue presque partout et parfois une remontée significative lui a fait suite. Cette phase s’accompagne d’une hausse des taux à partir de 25 ou 30 ans, montrant ainsi qu’un allongement du calendrier de la fécondité contribuait à la baisse de l’indicateur jusqu’au milieu de la décennie ; toutefois celle-là se traduira par une réduction de la descendance finale qui dans beaucoup de ces pays sera inférieure à 2 enfants par femme dans les générations nées vers 1955. Durant la même période, la fécondité du moment dans le Sud de l’Europe a atteint des valeurs comparables à ceux des autres pays européens. Un grand nombre de pays suit ainsi une évolution dont les étapes sont fort similaires ; les synchronismes dans le très court terme, que révèle parfois le suivi mensuel, accentuent l’homogénéité des facteurs qui semblent agir sur cette évolution. Toutefois, nombre des cas examinés échappent à ce tableau d’ensemble : outre l’Irlande, l’Islande, Israël et la Grèce, on compte parmi eux les pays de l’Est de l’Europe dont l’évolution accuse souvent la marque des mesures législatives.