Les émigrants de l’Ouest Audois dix-neuf ans après. VI. Migration et mutation de l’agriculture locale

par Philippe Collomb  Du même auteur

Résumé

Collomb Philippe. — Les emigrants de l’Ouest Audois dix-neuf ans après. VI. Migration et mutation de l’agriculture locale. Ce sixième article traitant des comportements migratoires des habitants de l’Ouest du département de l’Aude (France) entre les recensements de 1954 et 1962, période marquée, dans sa première moitié, par une forte crise de l’activité agricole locale, apporte essentiellement deux observations d’ordre démo-économique et une conclusion d’ordre méthodologique. La mauvaise rémunération des produits de la terre a dissuadé les gros propriétaires de poursuivre leur activité. La mutation de l’agriculture locale (motorisation, intégration coopérative, intensification des systèmes de production) semble n’avoir rien changé à ce phénomène. Les agriculteurs cultivant des superficies de taille moyenne ont, probablement, mieux résisté à la crise à force de persévérance, souvent en intensifiant l’appareil de production par des spéculations animales, en dépit d’une faible rémunération du travail. Plus la surface était réduite, moins l’effort de mécanisation et l’endettement qu’il supposait était bien supporté. Mais la succession de cette exploitation très « laborieuse » ne pouvait être, par la suite, que difficilement assurée. La migration paraît être un phénomène démographique d’une grande sensibilité aux aléas micro-économiques.