Données nouvelles sur l’évolution démographique chinoise. I. Les recensements de 1953, 1964 et 1982 et l’évolution des taux bruts depuis 1950

par Gérard Calot  Du même auteur

Résumé

Calot Gérard. — Données nouvelles sur l’évolution démographique chinoise. I. Les recensements de 1953, 1964 et 1982 et l’évolution des taux bruts depuis 1950. A l’occasion de la publication des premiers résultats du recensement de 1982, la République populaire de Chine a diffusé récemment de nombreuses informations sur son évolution démographique au cours des trente dernières années. Ce premier article est consacré à l’examen comparé des résultats des trois recensements réalisés en 1953, 1964 et 1982 et à l’étude des taux bruts de natalité, de mortalité et d’accroissement naturel depuis 1950. De ces analyses, il ressort que le degré de complétude des recensements est très satisfaisant, comme l’est aussi leur cohérence mutuelle selon le sexe et l’âge. En revanche, les taux bruts de natalité et surtout de mortalité, tels qu’ils résultent des données du registre de population, sont assez nettement sous-estimés. La croissance démographique, qui atteignait 2,5 à 3 % par an à la fin des années 1960, a diminué de plus de moitié durant la décennie 1970, sous l’effet d’une baisse considérable de la natalité, qui est passée de près de 40 p. 1000 à 20 p. 1000. L’histoire démographique chinoise des trente dernières années a été marquée par les « années noires » 1958-1961 et en particulier la famine catastrophique de 1960 : la période du Grand Bond en Avant se solde par une perte d’environ 60 millions de personnes, partagée à peu près également entre un excédent de décès et un déficit de naissances.