Une notion intéressante : l’effectif moyen des générations soumises au risque. I. Présentation méthodologique

par Gérard Calot  Du même auteur

Résumé

Calot Gérard. — Une notion intéressante : l’effectif moyen des générations soumises au risque. I. Présentation méthodologique. L’effectif moyen soumis au risque est la moyenne pondérée des effectifs des diverses cohortes (définies par exemple par l’âge ou la durée écoulée depuis le mariage), les coefficients de pondération étant les taux de survenance correspondants. En divisant le nombre absolu total d’événements par l’effectif moyen soumis au risque, on obtient l’indicateur conjoncturel (somme des taux). L’effectif moyen soumis au risque est voisin d’une moyenne mobile, du moins dans la mesure où mortalité et mobilité demeurent modérées. Ses variations chronologiques sont lisses et il se prête bien à l’interpolation, à l’extrapolation et à la rétropolation. Dans ce premier article, on étudie d’abord l’effet résultant de regroupements (groupes quinquennaux d’âge) et les propriétés d’agrégation territoriale. Ensuite on envisage l’estimation à l’avance de l’effectif moyen, de façon à déduire immédiatement une estimation de l’indicateur conjoncturel dès qu’on disposera d’une estimation du nombre absolu total d’événements. La connaissance des structures de la population à certaines dates seulement (recensements) associée à celle des événements pour les seules années des recensements et à celle du nombre absolu annuel d’événements permet d’établir une série annuelle très précise de l’indicateur conjoncturel (méthode dite d’extrapolation-rétropolation).