Conjoncture de la famille dans les pays développés

Changements récents de la fécondité en Europe occidentale et nouveaux traits de la formation des familles

par Francisco Muñoz-Pérez  Du même auteur

Résumé

Munoz-Perez Francisco. — Changements récents de la fécondité en Europe occidentale et nouveaux traits de la formation des familles. L’évolution de la fécondité dans les pays industriels depuis une quinzaine d’années fait apparaître un nouveau contour des familles, dont les caractéristiques principales dans l’échantillon retenu sont : une proportion accrue de femmes sans enfant, une venue plus tardive du premier, suivi dans certains cas un peu moins fréquemment d’un deuxième enfant, une poursuite accélérée de la diminution des familles nombreuses. Ces traits, parfois encore peu définis, devraient s’affirmer dans les générations toutes récentes, tout en s’accompagnant d’une proportion accrue d’enfants nés hors mariage. L’opposition de certaines de ces tendances à celles qui ont prévalu dans les années 1950 et 1960 — rajeunissement de l’âge des mères, diminution des femmes sans enfant — pourrait faire penser à un retour à la situation de l’entre-deux-guerres, où, effectivement, la dimension moyenne des familles était, dans certains pays, aussi réduite qu’aujourd’hui. La désaffection présente pour le mariage, le niveau élevé de l’illégitimité, le faible éventail des tailles des familles, constituent, entre autres, autant d’obstacles à ce rapprochement.

Autres articles du dossier Conjoncture de la famille dans les pays développés