Conjoncture de la famille dans les pays développés

Projection des familles aux 1.1.1990 et 1.1.1995

par Jean-Louis Rallu  Du même auteur

Résumé

Rallu Jean-Louis. — Projection des familles aux 1.1.1990 et 1.1.1995. A partir de l’évolution de la fécondité illégitime et légitime selon le rang de naissance au cours des dernières années, nous avons fait une projection des naissances selon les mêmes critères dans les hypothèses 1,8 et 2,1 naissances par femme, données nécessaires — avec une projection des ruptures d’union — pour une projection des familles. Du fait de la baisse de la nuptialité, les familles des femmes mariées ne représentent plus qu’une partie des familles des couples. Nous avons évalué les effectifs de familles de cohabitantes. Dans l’hypothèse 1,8 les familles des femmes ayant un conjoint se concentrent sur les tailles un et deux enfants. Dans l’hypothèse 2,1 l’effectif des familles de trois enfants ou plus reste stable. Le nombre des familles des mères célibataires isolées augmentent peu, mais il apparaît des mères célibataires qui sont d’anciennes cohabitantes séparées. Les effectifs des familles des divorcées se stabilisent à partir de 1990 mais ils ne représentent plus qu’une partie des unions rompues. Le nombre total de familles baisse entre 1985 et 1995 dans les deux hypothèses, plus rapidement dans l’hypothèse 1,8.