La fécondité par rang de naissance dans les générations : évolution comparée en Angleterre-Galles et aux Pays-Bas, depuis la génération 1930

par France Prioux  Du même auteur

Résumé

Prioux France.— La fécondité par rang de naissance dans les générations : évolution comparée en Angleterre-Galles, en France et aux Pays-Bas, depuis la génération 1930. Les reconstitutions effectuées récemment dans ces trois pays permettent de décomposer la fécondité générale par rang, celui-ci étant déterminé à partir de toutes les naissances issues d’une même mère, et, au prix de quelques estimations, de comparer l’évolution des descendances finales par rangs au fil des générations. On observe ainsi qu’en début de période, la chute des naissances de rang élevé, responsable de la baisse de la fécondité, masquait en fait une remontée des premières et deuxièmes naissances dans les trois pays; dans la période récente au contraire, les naissances de rang trois et plus ayant sans doute atteint leur niveau plancher, seule la baisse des premiers et deuxièmes, assez sensible en Angleterre et aux Pays-Bas, explique la poursuite de la baisse de la descendance finale des générations. Ainsi, la mutiplication des familles de deux enfants était-elle alimentée d’un côté par la chute des familles de 4 enfants ou plus, et de l’autre, par la baisse de la proportion de femmes sans enfant; mais, à partir de la génération 1948 environ, la famille de deux enfants ne semble pas être le modèle unique vers lequel tendent la majorité des femmes aux Pays-Bas et en Angleterre-Galles : la proportion de femmes restant définitivement sans enfant devrait y augmenter de façon sensible