La démographie des créateurs

par Michèle Vessillier  Du même auteur

Résumé

Vessillier Michèle. — La démographie des créateurs. Un questionnaire envoyé en 1987 aux 3 000 créateurs de métier — relevant du régime de Sécurité sociale des auteurs et artistes et touchant un revenu artistique supérieur au plafond de la Sécurité sociale (112 200 F) — a rencontré un grand succès auprès de la profession : plus de 50 % de réponses. Les résultats, rapprochés de quelques données disponibles pour la France et d’autres pays, puis confrontés aux moyennes nationales, permettent de dresser le portrait tout à fait original de ces catégories socio-professionnelles trop souvent encore méconnues. La prééminence masculine est nette dans les effectifs et plus encore dans la minorité de ceux qui ont réussi. L’entrée dans la carrière est tardive, alors que l’exercice de l’art et la notoriété se prolongent bien au-delà de l’âge d’une retraite qui n’est que théorique. La marginalité sociale s’affirme dans le comportement familial : on se marie moins, on fait moins d’enfants, on divorce davantage et les couples non mariés sont plus nombreux. La centralité des naissances et plus encore des domiciles est un fait remarquable : Paris et sa région attirent les créateurs et vident la province. A l’intérieur de chaque catégorie d’auteurs et d’artistes, il convient de nuancer : des groupes présentent ces caractéristiques de façon plus ou moins affirmée. On peut sans trop schématiser opposer les métiers traditionnels s’exerçant dans des disciplines classiques et les nouveaux venus : auteurs littéraires et dramatiques, peintres et sculpteurs sont ainsi beaucoup plus typés que photographes et graphistes.