Transition démographique, transition alimentaire. I. — La logique économique

par Philippe Collomb  Du même auteur

Résumé

Collomb Philippe. – Transition démographique, transition alimentaire I. – La logique économique. Le premier volet de cet article montre que les grandes plantes de civilisation – riz, blé – occupent une place de plus en plus importante dans l’alimentation des pays en développement. Dans ce monde où les migrations extérieures des pays pauvres vers les pays riches sont trop limitées pour réduire les inégalités entre les peuples, des importations massives de céréales deviennent de plus en plus indispensables aux pays pauvres. Les volumes importés par habitant sont à la seule mesure de la solvabilité des pays. Certains pays ne peuvent se permettre d’importer les céréales nécessaires pour corriger leur déficit vivrier. C’est alors qu’intervient l’aide alimentaire. Les principaux demandeurs sont des pays d’Afrique où l’on mange habituellement des céréales locales (mil, millet, sorgho), des racines ou des tubercules, alors que les pays d’Asie, surtout consommateurs de riz, sont peu demandeurs. Ces flux céréaliers constituent-ils une réponse à de lourds déficits vivriers induits par de fortes croissances démographiques ? La question se pose puisque c’est dans des pays à forte croissance démographique que sont survenues, ces dernières années, les émeutes de la faim. Le deuxième volet de cet article répondra à cette question.