Vieillissement et consommation : quelques résultats tirés des enquêtes françaises sur les budgets des ménages

par Olivia Ekert-Jaffé  Du même auteur

Résumé

Ekert-Jaffé Olivia. — Vieillissement et consommation : quelques résultats tirés des enquêtes françaises sur les budgets des ménages. Cette étude isole des constantes de comportement liées à l’âge et indépendantes du revenu ou de la conjoncture, pour prévoir les conséquences du vieillissement sur la consommation des ménages. Le suivi des ménages par génération dans les enquêtes des budgets de 1971, 1979 et 1985 permet de distinguer des structures de consommation associées à la vieillesse. Le poste santé étant exclu, celle-ci se traduit par une diminution des postes alimentation, habillement et réparations à partir de 70 ans environ, et une augmentation continue avec l’âge, (jusqu’à 70 ans), des réparations et de la consommation d’énergie liée au logement. Mais pour ces postes, comme pour l’ensemble des dépenses liées au logement, les effets de la conjoncture sont principaux. Seuls des déplacements réduits et le recours aux services à domicile sont complètement liés à l’âge. Sur la base de l’individualisation des dépenses effectuées pour l’année 1979, et d’une consommation de l’enfant égale à 40 % de celle de l’adulte, les projections pour l’année 2050 indiquent que pour conserver le niveau de vie de 1979, avec la structure démographique issue d’une basse fécondité persistante, la consommation par tête devra s’accroître de 9 % au plus. Ce chiffre correspond à l’évolution observée entre 1971 et 1973.