Démographie différentielle

L’optimisation des plans de sondage pour les mesures différentielles

par Benoît Riandey  Du même auteur

Résumé

Riandey Benoît. – L’optimisation des plans de sondage pour les mesures différentielles. L’article présente plusieurs exemples d’enquêtes aux taux de sondage très différenciés entre sous-populations. Cette stratégie de sondage est assez inhabituelle dans les grandes enquêtes démographiques, si on fait exception de l’enquête sur la mortalité. Les sondages très optimisés spécialisent peut-être trop les échantillons pour répondre à l’ensemble des objectifs d’une enquête démographique, les plans d’expérience relevant davantage de l’agronomie ou de 1 ‘epidemiologie. Aussi, la prise en compte des estimations différentielles dans les plans de sondage conduit-elle plus souvent à des équilibres de compromis entre les objectifs globaux et différentiels qu’à une réelle optimisation. Telle est aussi la situation des panels dans l’arbitrage de l’efficacité de leurs estimations relatives à l’évolution ou à l’état instantané. Les surreprésentations géographiques, d’un usage fréquent, ne soulèvent aucune difficulté, contrairement à celles relevant de critères socio-démographiques ou épidémiologiques. Les difficultés rencontrées sont alors communes à celles des sondages dans les populations rares.