Méthodologie du recensement

L’enquête post-censitaire de 1990. Une mesure de l’exhaustivité du recensement

par Nicole Coeffic  Du même auteur

Résumé

Coeffic (Nicole). – L’enquête post-censitaire de 1990 : une mesure de l’exhaustivité du recensement L’INSEE a reconduit en 1990 l’enquête de contrôle post-censitaire qui avait déjà permis en 1962 de mesurer l’exhaustivité du recensement. Il s’agit, dans un échantillon d’aires, de dénombrer minutieusement la population et de retracer tous les lieux où chaque personne pourrait avoir été recensée (résidence secondaire, ménage collectif, précédent logement en cas de déménagement récent, etc.). La comparaison avec les résultats du recensement, individu par individu, permet de mesurer les omissions et les doubles comptes, en entourant le noyau dur des cas caractérisés d’un halo plus flou de cas probables ou possibles. Principal résultat : il y aurait eu environ 2 % d’omissions et 1 %. de doubles comptes. Quoique de signe opposé, les erreurs touchent souvent les mêmes catégories de population : les plus mobiles, difficiles à localiser. Ce sont plus souvent des hommes que des femmes, des jeunes adultes que des autres catégories d’âge. En 28 ans, ces résultats n’ont guère varié, malgré des difficultés de collecte accrues. Un tel bilan est largement positif.

Autres articles du dossier Méthodologie du recensement