A la découverte de la fécondité russe contemporaine

par Alexandre Avdeev  Du même auteur

      Alain Monnier  Du même auteur

Résumé

Avdeev (Alexandre), Monnier (Alain). – A la découverte de la fécondité russe contemporaine Fondé sur des données inédites, cet article présente l’évolution de la natalité tout au long du siècle et analyse plus en détail la fécondité des générations nées à partir de 1910. Au cours de cette période, la Russie, dont les générations nées au début du siècle étaient parmi les plus fécondes d’Europe (près de trois enfants par femme), va devenir un des pays les moins féconds (1,8 enfants par femme dans la génération 1945). Une reprise récente a porté la descendance finale à près de deux enfants dans la génération 1955. Comme dans d’autres pays, la raréfaction des naissances de rang trois et plus a entraîné la baisse de la fécondité générale. En contrepartie, la robustesse de la fécondité de rang un et deux doit être soulignée. C’est la force de la fécondité russe. La Russie est ainsi passée d’une situation où coexistaient des familles de dimensions très diverses à une situation où le modèle de la famille avec un ou deux enfants est massivement adopté. L’article présente également les mesures de politique familiale prises en 1981 et tente d’apprécier leurs effets. Enfin, il s’interroge sur la chute de la fécondité observée depuis 1987. Si, dans un premier temps, cette chute est très clairement le contrecoup du mouvement d’anticipation suscité par les mesures de 1981, on ne peut maintenant exclure l’hypothèse selon laquelle la baisse récente de la fécondité manifesterait un certain « attentisme » des couples, dans le contexte complexe de la Russie.