Les transformations du cadre familial

Le droit et les familles non mariées en France

par France Prioux  Du même auteur

Résumé

Prioux (France). – Le droit et les familles non mariées en France En France au début des années 1960, seuls le mariage et la procréation dans le mariage permettaient de former une véritable famille aux yeux de la loi : l’enfant né hors mariage était délibérément défavorisé, et n’était relié qu’à sa mère, et parfois à son père s’il l’avait reconnu ; la famille mariée était en principe indissoluble jusqu’à la mort, le divorce n’étant autorisé que dans les cas graves. La législation des années 1970 a donné à l’enfant naturel une famille, pour peu qu’il ait été reconnu par ses deux parents, et autorisé le divorce par consentement mutuel ; mais l’attribution exclusive de l’autorité parentale ou de la garde aboutit, dans les faits, à privilégier les relations entre les mères et leurs enfants. L’augmentation rapide du nombre d’enfants dont les parents ne sont pas (ou plus) mariés, a conduit le législateur à revoir sa position, et à assimiler de plus en plus la situation de ces parents à celle des couples mariés : l’autorité parentale sera exercée conjointement presque dans tous les cas. Après avoir examiné les principales lois qui règlent les rapports entre les membres des familles non mariées (statut de l’enfant naturel, droit du divorce, autorité parentale) et replacé les réformes françaises dans le contexte européen, l’auteur analyse les statistiques démographiques et judiciaires concernant ces types de familles : reconnaissances d’enfants naturels, légitimations, actions en justice concernant la filiation et l’autorité parentale, divorces et actions postérieures au prononcé du divorce.