Les transformations du cadre familial

Les enjeux des relations entre générations à la fin de l’adolescence.

par Catherine Villeneuve-Gokalp  Du même auteur

      Michel Bozon  Du même auteur

Résumé

Bozon (Michel), Villeneuve-Gokalp (Catherine). – Les enjeux des relations entre générations à la fin de l’adolescence Avec l’allongement de la transition à l’âge adulte, la jeunesse tend aujourd’hui à se différencier de plus en plus nettement de l’adolescence. Si la fin de l’adolescence est généralement perçue comme une période problématique, c’est en particulier parce que les aspirations des jeunes à l’autonomie se heurtent à la réalité de leur dépendance matérielle à l’égard de la génération plus âgée. A partir d’une enquête réalisée à l’INED en 1993, auprès de 3 000 jeunes adultes âgés de 25 à 34 ans, on examine comment des compromis s’établissent entre générations à la fin de l’adolescence. Il existe une grande différence entre garçons et filles sur le degré de contrôle des sorties, des fréquentations et de la vie amoureuse, ces dernières étant soumises à un contrôle beaucoup plus strict. D’un milieu social à l’autre, l’ampleur de la différence de traitement entre les sexes n’est pas la même : très forte en milieu populaire, elle est beaucoup moins marquée dans les classes aisées. Là où le contrôle est le plus tatillon, les relations entre parents et jeunes évoluent parfois vers le conflit ouvert, ce qui peut bouleverser, en raison d’une «décohabitation» plus précoce, les conditions de passage à l’âge adulte.