Caractéristiques sociodémographiques et mortalité des députés québécois aux XIXe et XXe siècles : une analyse par génération

par Valérie Émond  Du même auteur

      Robert Bourbeau  Du même auteur

Résumé

Bourbeau (Robert), Émond (Valérie). – Caractéristiques socio-démographiques et mortalité des députés québécois aux XIXe et XXe siècles : une analyse par génération Les députés québécois constituent une sous-population sélectionnée du point de vue des caractéristiques socio-démographiques et ils devraient, en conséquence, être favorisés quant à leurs chances de survie. Cette hypothèse est testée auprès des 1 455 députés nés à partir de 1800 et élus à l’une des instances du pouvoir législatif au Bas-Canada, au Canada- Uni et au Québec entre le début du XIXe siècle et 1992. Les députés québécois ne sont pas représentatifs, du point de vue socio-économique, de l’ensemble de la population québécoise qui leur est contemporaine; ils sont beaucoup plus instruits et occupent en plus grande proportion des professions libérales. Cependant, les députés ne semblent pas, de façon statistiquement significative, survivre plus longtemps que leurs contemporains québécois. Au contraire même, les députés souffrent d’un désavantage avec l’avancement en âge. L’idée que le style de vie des députés vient contrer l’effet de sélection lié à leurs caractéristiques particulières mérite ici d’être soulevée.