La fécondité au Japon et en France

par Jean-Louis Rallu  Du même auteur

      Hiroshi Kojima  Du même auteur

Résumé

KojiMA (Hiroshi), Rallu (Jean-Louis). – La fécondité au Japon et en France La fécondité était peu différente au Japon et en France entre 1975 et 1985, mais la baisse a été ensuite plus importante au Japon avec des niveaux inférieurs à 1,5 naissance par femme depuis 1993. L’étude de la fécondité à partir de données d’état civil et d’enquêtes, et d’indices basés sur les probabilités de naissance par rang, montre que la baisse de la fécondité au Japon a résulté de la baisse de la nuptialité jusqu’au milieu des années 1980 mais consiste aussi depuis lors en une baisse de la fécondité dans le mariage. À la différence de la France, on n’observe pas au Japon d’augmentation de la fécondité hors mariage et la récupération des naissances retardées est restée peu importante jusqu’au début des années 1990. Le développement de la fécondité hors mariage et à des âges avancés se heurte à diverses contraintes culturelles et économiques. C’est, au contraire, grâce à ces nouveaux comportements que la France conserve une fécondité assez élevée sur la base d’une infécondité des générations encore assez faible.