L’insoutenable incertitude du nombre : estimations des décès de la période Khmer rouge

par Patrick Heuveline  Du même auteur

Résumé

Heuveline (Patrick). – L’insoutenable incertitude du nombre : estimations des décès de la période Khmer rouge Cet article présente les différentes méthodes employées pour estimer la mortalité pendant la période Khmer rouge, méthodes regroupées en deux principaux types : la méthode par échantillonnage et la méthode «résiduelle». Le premier type s’appuie sur des entretiens à partir desquels est estimée la proportion de survivants parmi les proches des personnes interrogées. Avec le second type d’approche, la mortalité n’est pas observée mais mesurée indirectement par différence entre l’évolution des effectifs, les naissances et les migrations internationales. La première approche a généralement fourni des estimations de l’excédent de mortalité durant cette période plus élevées (de 1,5 à 2 millions) que la seconde (1 million ou moins), sauf pour la reconstruction effectuée par l’auteur. Tout en discutant des mérites respectifs des deux approches, cet article s’efforce de comprendre l’incompatibilité apparente des estimations existantes en s’intéressant également à l’incertitude inhérente à toute procédure de mesure. Si, dans le contexte du Cambodge, l’approche résiduelle est susceptible de fournir des résultats relativement plus robustes que l’échantillonnage, les données d’enquête renseignent également sur les causes de décès. Une décomposition par cause est plus délicate quand les décès sont estimés résiduellement mais il est néanmoins possible d’isoler les morts violentes en faisant une hypothèse sur la structure par âge de la mortalité sous-jacente. Dans le cas du Cambodge, les résultats de cette approche apparaissent tout à fait compatibles avec ceux obtenus par échantillonnage.