La morbidité dans les ménages originaires du Maghreb, sur la base de l’enquête Santé de l’Insee, 1991-1992

par Dominique Laurier  Du même auteur

      Catherine Sermet  Du même auteur

      Myriam Khlat  Du même auteur

Résumé

Khlat (Myriam), Sermet (Catherine), Laurier (Dominique).- La morbidité dans les ménages originaires du Maghreb, sur la base de l’enquête Santé de l’Insee, 1991-1992 Sur la base des données de l’enquête Santé Insee-Credes de 1991-1992, cet article décrit la morbidité, ainsi que d’autres indicateurs liés à la santé, au sein des ménages à chef ressortissant d’un pays du Maghreb. Toutes les analyses sont ajustées sur l’âge et la CSP, et la comparaison est faite par rapport aux membres des ménages à chef français. Il apparaît que les membres des ménages originaires du Maghreb déclarent beaucoup moins de maladies, avec un écart plus important pour les hommes que pour les femmes. L’examen des différences par chapitre de la classification des maladies met en évidence une protection remarquable des hommes par rapport aux maladies de l’appareil circulatoire, et à l’opposé une surexposition des femmes aux maladies endocriniennes et métaboliques. Du point de vue des facteurs de risque pour la santé, l’analyse montre que les hommes, dans ces ménages, fument autant que ceux du groupe de référence, mais les femmes significativement moins, et qu’en revanche celles-ci souffrent d’un problème de surpoids, avec une proportion d’obèses deux fois plus élevée que dans le groupe des ménages à chef français. Ces résultats, en accord avec ceux d’une étude précédente sur la mortalité différentielle des immigrés marocains en France, sont discutés en termes de problèmes de déclaration, de facteurs de sélection et de facteurs de protection.