Indicateurs de niveau de vie et mesure de la relation entre pauvreté et fécondité : l’exemple de l’Afrique du Sud

par B. Schoumaker  Du même auteur

Résumé

Schoumaker Bruno.- Indicateurs de niveau de vie et mesure de la relation entre pauvreté et fécondité : l’exemple de l’Afrique du Sud La relation entre pauvreté et fécondité a déjà suscité de nombreux débats dans la littérature consacrée à la démographie et au développement, mais la question de l’influence du choix de l’indicateur de niveau de vie sur la mesure de la relation entre pauvreté et fécondité est restée peu traitée à ce jour. Alors que l’impact du choix de l’indicateur a été clairement mis en évidence pour « identifier» les pauvres ainsi que pour mesurer la relation entre pauvreté et taille des ménages, peu de chercheurs ont abordé cette question dans le domaine de la fécondité. Dans ce travail, basé sur une enquête réalisée en Afrique du Sud, nous comparons les relations entre le niveau de vie et la parité des femmes âgées de 40 à 49 ans obtenues avec neuf indicateurs de niveau de vie, en distinguant selon le lieu de résidence. Nous montrons que l’indicateur de niveau de vie peut avoir une influence non négligeable sur l’intensité et le sens de la relation mesurée. Nous décomposons ensuite les écarts entre les relations obtenues avec différents indicateurs de niveau de vie pour montrer que ce n’est pas le fait que différents indicateurs ne classent pas les mêmes femmes dans le même quintile de niveau de vie qui explique l’essentiel de ces différences, mais plutôt l’écart de fécondité des femmes classées différemment.