Un avantage sous contrainte : le risque moindre pour les femmes de se trouver sans abri

par M. Marpsat  Du même auteur

Résumé

Marpsat Maryse.- Un avantage sous contrainte : le risque moindre pour les femmes de se trouver sans abri Les personnes sans domicile ont des propriétés sociales très proches de celles des autres personnes pauvres, mais qui, elles, disposent d’un logement. Toutefois, les femmes sont plus nombreuses que les hommes parmi les pauvres ; pourquoi sont-elles alors si peu nombreuses parmi les personnes sans domicile ? Pourquoi celles qui ont tout de même perdu leur logement se trouvent-elles dans des conditions relativement meilleures que les hommes, souvent dans des centres d’hébergement de longue durée, presque jamais dans la rue ? Cet article examine les différents facteurs qui interviennent pour expliquer la relative protection dont bénéficient les femmes contre la perte du logement. L’auteur relie ces facteurs aux représentations des rôles de l’homme, de la femme et surtout de la mère qui feraient bénéficier les femmes d’avantages secondaires liés à la position de dominée. Toutefois, l’examen des modalités pratiques selon lesquelles s’exerce cet avantage relatif conduit à remettre partiellement en cause cette idée de « situation plus favorable ».