La conjoncture demographique en France

L’évolution démographique récente en France

par F. Prioux  Du même auteur

Résumé

Prioux France.- L’évolution démographique récente en France L’indicateur conjoncturel de fécondité a poursuivi son redressement en 1998 et 1999, grâce à une assez forte reprise de la fécondité des femmes de 30 à 40 ans, et à une stabilisation de celle des plus jeunes. Malgré tout, la descendance finale devrait progressivement diminuer après la génération 1960, et passer en dessous du seuil de renouvellement (2,1). La fréquence globale des avortements est stable, mais tend à augmenter un peu chez les jeunes, et à diminuer chez les femmes plus âgées. Après la forte reprise de 1996 faisant suite à une législation fiscale moins favorable aux couples non mariés avec enfants, la hausse des mariages se poursuit plus modérément; la fréquence du célibat à 50 ans continue néanmoins à augmenter rapidement. Après un léger reflux en 1996, le nombre de divorces est resté stable les deux années suivantes, et l’indicateur conjoncturel s’est établi à 38 divorces pour 100 mariages. En l’absence de nouvelle hausse, la proportion de mariages rompus par divorce atteindrait 29% chez les couples mariés en 1970, et 35% pour ceux mariés dix ans plus tard. Depuis quelques années, l’espérance de vie à la naissance des hommes progresse un peu plus vite que celle des femmes : à presque tous les âges, sauf au-delà de 70 ans, les progrès accomplis ont été un peu plus nets pour les hommes. La résistance à la baisse de certains cancers féminins, voire l’aggravation pour certaines localisations liées à la consommation de tabac, semblent à l’origine de cette nouvelle tendance.

Autres articles du dossier La conjoncture demographique en France