Le choc du veuvage à l’orée de la vieillesse : vécus masculin et féminin

par Christiane Delbès  Du même auteur

      Joëlle Gaymu  Du même auteur

Résumé

Aujourd’hui, en France, près de 4 millions de personnes sont veuves. Cette situation conjugale est la marque des plus âgés mais c’est aussi celle des femmes : 84 % des veufs sont des veuves !
Cette étude longitudinale décrit le contexte de survenue du veuvage, entre 62 et 75 ans, et la réorganisation de la vie qui y fait suite, sur fond de comparaison entre les enquêtés restés mariés et ceux qui sont devenus veufs. Elle montre en quoi l’adaptation au veuvage s’avère plus ou moins difficile selon que l’on est homme ou femme. Les domaines essentiels de la vie des retraités, la famille et les loisirs, sont examinés. Une large part de cette recherche est également consacrée aux répercussions psychologiques de cet événement.
Tous les indicateurs concourent à qualifier le quotidien des veuves de plus difficile. Elles ont une perception de la vie et de la retraite plus négatives, souffrent plus de solitude et sont davantage sujettes à des tendances dépressives. Leur moindre intégration à l’univers des loisirs et leur plus fort isolement social montrent encore à quel point elles sont pénalisées.
Si la surmortalité des hommes suite au veuvage est beaucoup plus forte que celle des femmes, ceux qui ont échappé à la mort semblent mieux s’adapter à la perte de leur conjoint.