Facteurs d'évolution de la fécondité en Afrique

Le rôle de l’avortement dans la transition de la fécondité à Abidjan au cours des années 1990

par Agnès Guillaume  Du même auteur

Résumé

À l’image de nombreux pays africains, la Côte d’Ivoire est entrée dans une phase de transition de la fécondité particulièrement marquée en milieu urbain. Ces changements se produisent dans un contexte de faible prévalence contraceptive, soulevant la question du rôle des autres déterminants de la baisse de la fécondité, en particulier de l’avortement.
Une étude réalisée à Abidjan auprès de femmes qui consultent dans des centres de santé a permis d’analyser en détail les modes de régulation de la fécondité et les relations entre avortement et fécondité. L’avortement est une pratique de plus en plus fréquente, malgré son illégalité, notamment chez les jeunes femmes et dès le début de la vie féconde. Contraception et avortement sont parfois utilisés de façon complémentaire, l’avortement intervenant en cas d’échec de la contraception (en particulier d’une méthode naturelle). Dans certains cas, il semble que l’expérience d’un avortement entraîne le recours à des méthodes efficaces, bien que cela ne soit pas systématique. Les données présentées ici montrent qu’il n’est pas possible de comprendre la baisse de la fécondité à Abidjan sans prendre en compte le rôle majeur des pratiques abortives.

Autres articles du dossier Facteurs d’évolution de la fécondité en Afrique