La grippe espagnole de 1918 est-elle responsable du baby-boom de 1920 en Norvège ?

Le cas d'un pays neutre

par Svenn-Erik Mamelund  Du même auteur

Résumé

Deux ans après la fin de la première guerre mondiale, les taux de natalité ont enregistré une vive progression en Europe, y compris en Norvège, pays resté neutre lors du conflit. Cet article tente de valider l’hypothèse selon laquelle la responsabilité du baby-boom en Norvège revient plutôt à la grippe espagnole qu’à la fin de la guerre. Alors que les recherches antérieures ont reposé sur des analyses univariées et essentiellement descriptives, cette étude s’appuie sur des analyses multivariées. L’effet propre de la morbidité due à la grippe espagnole sur la fécondité, en contrôlant l’effet de la mortalité, a été estimé pour la période 1918-1920 à partir de données mensuelles régionales. En raison de la neutralité de la Norvège, la guerre n’a pas interféré avec l’effet de la grippe espagnole sur la fécondité et la nuptialité. De surcroît, les données disponibles sont parmi les plus fiables d’Europe, étant donné que l’enregistrement des données démographiques, y compris d’état civil, n’a pas été perturbé par le conflit.