Parenté instituée et parenté choisie. Une vision rétrospective sur les figures parentales en France de 1930 à 1965

par Éva Lelièvre  Du même auteur

      Géraldine Vivier  Du même auteur

      Christine Tichit  Du même auteur

Résumé

À partir des données de l’enquête Biographies et entourage réalisée par l’Ined en 2001 auprès de 2 830 Franciliens âgés de 50 à 70 ans, l’article propose une analyse détaillée de l’univers parental des enquêtés. Outre les parents biologiques, les parents adoptifs et les beaux-parents, cet univers est composé de l’ensemble des personnes citées par les enquêtés pour avoir exercé un rôle parental lorsqu’ils étaient enfants. En nous appuyant sur un matériau rétrospectif, obtenu auprès des bénéficiaires de ces attentions parentales et non de ceux qui les ont prodiguées, nous proposons une véritable approche pratique de la parenté, qui révèle les ressources familiales et extra-familiales dont ont bénéficié les individus des années 1930 jusqu’aux années 1960. Ainsi, un enquêté sur cinq cite la présence d’au moins une personne ayant joué un rôle parental, en complément ou en substitution des parents. La mention des grands-parents et plus spécifiquement de la grand-mère maternelle se distingue. L’examen des fonctions attribuées à ces « parents d’élection » souligne le caractère très concret de la prise en charge et de l’accompagnement des enfants. La force du lien affectif avec l’enquêté conjuguée aux fonctions pratiques de la parenté constituent les deux critères d’identification d’une figure parentale qui n’appartient pas forcément à la sphère familiale, 16 % des personnes citées étant non apparentées à l’enquêté.