Notes de recherche

L’évolution de la mobilité résidentielle en France entre 1973 et 2006 : nouvelles estimations

par Nathalie Donzeau  Du même auteur

      Jean-Louis Pan Ké Shon  Du même auteur

Résumé

Cette note de recherche retrace l’évolution annuelle de la mobilité résidentielle française de la fin des trente glorieuses à 2006. Pour cela, deux méthodes différentes d’estimation sont mises en œuvre : le modèle migrantsmigrations de Daniel Courgeau, les évaluations directes corrigées grâce aux séries des enquêtes Logement puis des enquêtes Emploi. Les résultats de ces estimations sont ensuite comparés à ceux déjà publiés dans la littérature française par différents auteurs à partir du modèle migrants-migrations. La mobilité résidentielle a baissé entre 1973 et 1984 avant d’atteindre le pic de la période étudiée en 1999, pour décroître ensuite et se stabiliser, au moins momentanément, à un niveau élevé. Depuis le début des années 1980, la progression de la mobilité en niveau est principalement due aux mobilités de proximité, qu’il s’agisse de changements de logement ou de commune. Ce résultat suggère que les transformations de la famille intervenues au cours de la période ont eu un impact plus important que les mobilités professionnelles.

Autres articles du dossier Notes de recherche