Articles

Les changements professionnels en France autour de la séparation conjugale

par Carole Bonnet  Du même auteur

      Anne Solaz  Du même auteur

      Elisabeth Algava  Du même auteur

Résumé

En France, comme dans de nombreux pays, les séparations conjugales ont fortement augmenté durant les dernières décennies. Si les conséquences économiques de la séparation ont donné lieu à une littérature internationale fournie, les recherches sur ce thème restent encore rares en France, sans doute par manque de données adéquates. Cet article analyse l’offre de travail des hommes et des femmes lors des deux années qui suivent la première séparation. Afin de disposer d’un échantillon de taille suffisante, deux enquêtes rétrospectives au calendrier professionnel semblable (Jeunes et Carrières 1997 et Familles et Employeurs 2005) sont regroupées. Le recours aux méthodes d’appariement par score de propension permet de comparer les hommes et les femmes ayant connu une séparation à ceux qui sont restés en couple. Pour les hommes séparés, le risque de chômage augmente après la séparation. Les femmes séparées inactives avant la séparation retournent davantage sur le marché du travail que les autres femmes inactives. Cette reprise d’activité est fortement influencée par l’âge des enfants au moment de la rupture d’union, de manière encore plus marquée que pour les femmes restées en couple. Les effets de la séparation sont d’autant plus forts que l’accès au marché du travail est difficile. Ainsi, la hausse de la part d’individus au chômage suite à la séparation s’observe principalement sur la période qui suit 1990. Enfin, les hommes et femmes diplômés (titulaires du baccalauréat et plus) s’avèrent plus protégés des effets de la séparation que les moins diplômés.