Notes de recherche

Célibat, pauvreté et sexualité des hommes en Chine rurale : une enquête exploratoire

par Li Shuzhuo  Du même auteur

      Zhang Qunlin  Du même auteur

      Yang Xueyan  Du même auteur

      Isabelle Attané  Du même auteur

Résumé

En Chine, le mariage reste socialement très valorisé. Pourtant, alors que jusqu’aux années 1990, presque toute la population parvenait à se marier, un célibat prolongé, voire définitif, va être de plus en plus souvent imposé à une partie des hommes, particulièrement en milieu rural, du fait d’un déficit croissant de femmes sur le marché matrimonial. Or, dans le contexte culturel qui est celui de la Chine, le célibat s’accompagne de frustrations, voire de privations, auxquelles il est difficile de trouver des compensations socialement acceptables. La vie des hommes célibataires est donc susceptible d’être fortement affectée par cette situation : comment et dans quelle mesure un célibat non choisi peut-il influencer leur vie ? Trouvent-ils des alternatives pour accéder notamment à une activité sexuelle satisfaisante ? Ont-ils des caractéristiques socioéconomiques différentes de celles des hommes mariés ? Les données analysées dans cette note de recherche sont extraites d’une enquête menée en 2008 dans un district rural de l’Anhui, qui tente de répondre à un double objectif : mieux connaître les comportements sexuels en Chine rurale dans un contexte de contrôle social et politique important. Cette étude explore le lien, largement documenté par ailleurs, entre célibat et pauvreté, et montre que cette dernière constitue, dans cette région de Chine rurale, un double facteur d’exclusion. Non seulement la pauvreté exclut les hommes du mariage, mais elle exclut aussi les célibataires les plus pauvres de toute activité sexuelle.

Autres articles du dossier Notes de recherche