Articles

Johann Peter Süßmilch : de la loi divine à l’intervention humaine

par Justus Nipperdey  Du même auteur

      Patrick Festy  Du même auteur

Résumé

La recherche sur les théories démographiques de Johann Peter Süßmilch s’est concentrée sur la seconde version révisée et augmentée de L’Ordre divi n de 1761-1762. Les différences avec l’édition originale de 1741 ont été signalées, mais pas systématiquement analysées et expliquées. Cet article dresse un tableau du développement de la pensée de Süßmilch en relation avec l’évolution du discours caméraliste allemand de l’époque. On ne peut comprendre le projet originel de Süßmilch ni son développement ultérieur sans le rapprocher étroitement des discours allemands sur la population et l’économie. Süßmilch influença le discours caméraliste en renouvelant l’argumentation en faveur des politiques de population. Mais ce n’était pas l’objectif du théologien, qui avait délibérément évité toute interprétation politique de ses résultats en 1741. C’est dans les deux décennies suivantes que Süßmilch s’intéressa aux possibilités qu’offrent les instruments politiques de changer les comportements démographiques. À partir des années 1750, il commença à s’engager dans des polémiques qui atteignent leur apogée dans la deuxième édition de L’Ordre divin, ouvrage portant aussi bien sur les lois gouvernant la population que sur les politiques de population.