La conjoncture démographique en France

L’évolution démographique récente en France : une mortalité relativement faible aux grands âges

par France Prioux  Du même auteur

      Magali Barbieri  Du même auteur

Résumé

La France compte 65,3 millions d’habitants au 1er janvier 2012, dont 1,9 million dans les départements d’outre-mer. La pyramide des âges est un peu plus jeune que celle de l’ensemble de l’Union européenne. L’augmentation de la population se poursuit au même rythme, surtout par l’accroissement naturel. Les immigrés originaires d’Afrique installés en France sont désormais plus nombreux que ceux qui proviennent d’Europe. La fécondité est presque stable en 2011 (2,01 enfants par femme) mais la descendance finale des générations 1971-1972 atteint son minimum historique en France métropolitaine (1,99 enfant par femme). Malgré tout, c’est encore l’une des plus élevés en Europe. Les avortements sont stables et les taux n’augmentent plus chez les plus jeunes. Les mariages sont en baisse et les divorces se sont stabilisés (46,2 divorces pour 100 mariages en 2011). Les risques de divorcer diminuent avec l’âge, mais ont beaucoup augmenté avant 70 ans au cours de la dernière décennie. L’espérance de vie à la naissance (78,4 ans pour les hommes, 85,0 pour les femmes) continue à augmenter au même rythme, principalement grâce aux progrès réalisés aux grands âges. Par rapport aux autres pays européens, la France a la plus faible mortalité au-delà de 65 ans ; elle est moins bien classée pour le niveau de mortalité prématurée.

Plan de l’article
  • Une croissance encore positive
  • Le vieillissement de la structure par âge s’accentue
  • Le vieillissement en France reste modéré au sein de l’Europe
  • Une évaluation des flux migratoires plus incertaine
  • Les immigrés en provenance d’Afrique sont devenus les plus nombreux
  • Une légère baisse des naissances et de la fécondité en 2011
  • Vers une estimation annuelle de la fécondité par rang en France ‘
  • La descendance finale atteint son plus bas niveau historique
  • La fécondité a cessé d’augmenter en Europe centrale
  • Des tendances communes, mais des profils de fécondité par âge différents
  • L’Espagne est devenue le pays le moins fécond d’Europe
  • Les avortements n’augmentent plus chez les jeunes depuis 2006
  • Une comparaison européenne très incertaine
  • Des statistiques de pacs devenues incomplètes
  • Les mariages à nouveau en baisse ‘
  • L’augmentation du célibat se poursuit au fil des générations
  • Le poids des divorces par consentement mutuel s’accroît encore
  • Les risques de divorce sont plus faibles chez les plus âgés, mais ont beaucoup augmenté
  • Des progrès continus de l’espérance de vie à la naissance
  • La France dans la moyenne des pays européens
  • Une mortalité prématurée relativement élevée
  • Une mortalité aux âges élevés particulièrement faible
  • Un rapprochement de l’espérance de vie des hommes et des femmes
  • Une évolution favorable à tous les âges depuis 1980
  • Le cas particulier de la mortalité infantile
  • Un lent recul de la mortalité par cancer
  • Les principales causes de décès par groupe d’âges
  • Vue d’ensemble
  • Autres articles du dossier La conjoncture démographique en France